Madagascar, sous développé du tourisme ?

Un constat interpelle : pourquoi un pays aussi pourvu de richesses touristiques comme Madagascar ne parvient pas à séduire les touristes étrangers ?

Madagascar est unanimement reconnu comme un pays fabuleusement attractif ne serait ce que par sa méga biodiversité exceptionnelle.Et pourtant les statistique sont impitoyables à peine 350000 visiteurs en 2019.
Une misère pour un pays grand comme le France et le Benelux réunis.

Comment se fait-il qu’avec un tel potentiel, la Grande île ou l’Ile Rouge comme on l’appelle communément est boudée par les marchés extérieurs ?

Ses atouts sont indéniables et réputés, le magazine américain Vogue ne classe t-il pas Madagascar dans les 10 pays prioritaires à visiter !
Bien d’autres louent et reconnaissent l’attractivité de Madagascar dans de nombreux domaines.

Son environnement naturel encore vierge dans beaucoup d’endroits est l’atout majeur qui fait le bonheur des chercheurs et des scientifiques.
Au travers des quelques 43 Parcs Nationaux et Réserves Spéciales que gère Madagascar National Parks, véritables sanctuaires vivants de la nature, ses richesses faunistiques et floristiques connaissent un taux exceptionnel d’endémisme (80 et 90%). Parmi les principaux sites touristiques on relève le Parc National d’Andasibe, le Parc National d’Isalo, le Parc National de Ranomafana , le Parc National de Bemaraha (Tsingy), le Massif du Makay, la Réserve Spéciale de l’Ankarana, le Parc National de Masoala …etc

D’autres sites ou curiosités sont incontournables dans les catalogues des tours opérateurs : l’Allée des Baobabs, le Canal des Pangalanes, le train FCE reliant Fianarantsoa à Manakara, les Safaris Baleines à Sainte Marie, la Descente de la Tsiribihina , la Réserve privée de Berenty , etc…

Que dire des milliers de kilomètre de plages de sable blanc, la plupart quasi désertes, propices au balnéaire et au farniente ?
Impossible de résister au plaisir de se baigner dans une eau chaude et cristalline que ce soit au Nord: l’ile de Nosy Be, Perle de l’Océan Indien et ses nombreux archipels (Mitsio, Radama). La Mer d’Emeraude , un lieu paradisiaque d’une beauté surnaturelle dans la région de Diego-Suarez, sans oublier la plage de Ramena et les nombreuses baies à proximité. L’île de Sainte Marie à l’est, et toute la Côte Ouest : de Majunga jusqu’au Sud de Tuléar, des plages plus somptueuses les unes que les autres , abritées par le lagon, dans une eau turquoise à proximité de forêts de baobabs majestueux. Des paysages à couper le souffle !

L’un n’empêche pas l’autre, pour ceux qui privilégient des vacances actives, Madagascar offre sur terre et air ou en mer la possibilité de vivre des sensations fortes et des émotions inoubliables.
Longtemps, la renommée de la Grande Ile, (alimentée entre autres par l’incomparable chanteur CARLOS) se limitait quasiment à la pêche au gros, principalement à Nosy be.

Cette activité avec une pratique de plus en plus généralisée du No Kill perdure et même se développe dans d’autres régions de Madagascar.
La plongée et le snorkelling s’observent un peu partout sur les côtes, des centres de plongées pourront aider les uns à découvrir des récifs ou initier les autres dans des aquariums naturels.
En cours de plongées, il est fréquent de côtoyer : dauphins, tortues, raies… des spectacles hallucinants !
Le nouveau must de la plongée. C’est admirer et accompagner le requin baleine au large de Nosy be, émotions garanties procurées par ce poisson considéré comme le plus gros du monde, (15 à 18 mètres) mais totalement inoffensif.

Madagascar est également devenu un paradis pour les surfeurs, kiters et windsurfers (baie de Sakalava (spot mondialement connu), mer d’Emeraude, le sud de Tuléar à Fort Dauphin)

La région de Nosy be est également propice à la navigation de plaisance ,ne dit on pas que Bill Gates fréquente assidûment cette région.Les activités d’eau vive se développent rapidement (canoe, kayak, rafting) les amateurs trouveront des rivières à leur profil.

Quant aux activités terrestres et air, chacun trouvera son terrain pour s’adonner à son sport.Les innombrables pistes et sentiers sont autant d’itinéraires pour les randonneurs et trekkeurs ainsi que pour les sports mécaniques (motos/ quads) et le V.T.T

En escalade, 2 sites de renommée mondiale attirent les grimpeurs du monde entier: la région de Diego qui offre des voies courtes sur un calcaire spectaculaire et la vallée du Tsaranoro au pied de l’Andringitra (Sud de Fianarantsoa) avec ses fabuleux murs de 800 metres qui font rêver les plus audacieux.

Les parapentistes sillonnent essentiellement les hauts plateaux. L’axe Tana Tuléar à permis d’établir des spots de vol sur tout le trajet. La spéléologie permet d’y découvrir des merveilles (grottes d’Anjohibe au nord de Majunga) et au Parc de Tsimanampesotre (Sud de Tuléar). Découvertes récentes qui attirent les scientifiques et amateurs du monde entier.

Par Ailleurs, Madagascar est également riche en traditions parmi lesquelles :
La circoncision appelée « Sambatra » qui a lieu dans les familles de Juin à septembre. Elle peut se faire collectivement tous les 7 ans à Mananjary et donne lieu à de grandes festivités.
– Le retournement des morts ( famadihana) , grand moment de liesse qui permet de réunir toute la famille.
– Le culte des ancêtres car les malgaches partent du principe qu’il y a une vie après la mort et que les ancêtres ont le pouvoir de protéger les vivants. Ainsi il existe des lieux sacrés (Doany).

– L’intérêt de Madagascar est aussi financier , Le cout de la vie étant peu élevé (hormis les produits importés). L’hébergement et très accessible dans la majorité des cas on peut trouver des chambres tout confort entre 20 et 30€ .De même au niveau repas , on peut manger correctement pour 5€.

La gastronomie malgache présente l’avantage de proposer du bio et des produits du terroir exceptionnels, des fruits succulents (bananes, mangues, ananas, oranges, letchis…) des produits de la mer et crustacés (langoustes, crevettes, gambas, crabes…) le tout accompagné d’épices reconnues du monde entier (vanille, canelle, curcuma, poivre, girofle…)

On n’oubliera pas les plantes médicinales (pervenche, aloes, ravintsara, calophyllium) et l’aromathérapie trés présente (eucalyptus, katrafay, iary, havozo…) et bien sur des miels délicieux (mokarana, niaouli, litchi…)

Hormis les crocodiles (très localisés) il n’y a pas d’animaux dangereux à Madagascar. Les grands animaux n’existent pas et aucun serpent n’est venimeux.

 

En résumé , compte tenu de tous ces aspects on comprend encore moins pourquoi Madagascar n’est pas au top du tourisme, ou au moins l’équivalent de ses voisines, Maurice et la Réunion qui reçoivent plus d’un million de touristes ?

Pour expliquer les raisons de cette absence d’engouement vers Madagascar, il y a des réalités et surtout des préjugés, la plupart difficile à éliminer :

L’instabilité politique marquée par des crises à répétition ces dernières années n’est pas propice aux investisseurs d’autant que l’acquisition foncière est interdite aux étrangers.
La volonté politique de favoriser le tourisme (deuxième pourvoyeur de devises) est annoncée mais suffisamment matérialisée.

Il manque dans le pays une sécurité juridique indispensable pour donner la confiance auprès des investisseurs.

Le côut de l’aérien freine considérablement les marchés émetteurs géographiquement éloignés, les comparaisons avec d’autres destinations sont défavorables (de 30 à 50%) sur le prix d’un billet. L’Open Sky contrarié par la volonté politique de protéger la Compagnie Nationale AIR MADAGASCAR n’a pas encore contribué à l’abaissement des prix. De gros efforts restent à fournir pour améliorer les prestations et du même coup son image.
La fiabilité de l’aérien à des coûts acceptables est un préalable déterminant pour développer le tourisme à Madagascar.

La médiocrité du réseau routier est un énorme handicap. Même les grands axes RN2 , RN4 , RN6, RN7 sont de très mauvaise qualité. Il ne faut surtout pas se fier au kilométrage d’un trajet mais se renseigner sur la durée.
Beaucoup de sites ou de régions touristiques (Maroantsetra, Fort Dauphin) souffrent de leur enclavement.
La pénibilité qui en découle décourage bon nombre de touristes potentiels à commencer par la clientèle « 3ème âge« 

– L’insuffisance de moyens financiers pour promouvoir le pays au travers de l’ONTM (Office National du Tourisme à Madagascar) et des Offices Régionaux est un lourd handicap pour « challenger » la concurrence internationale et régionale (la Réunion, Maurice, Mayotte, Seychelles ont des budgets au moins 10 fois supérieurs).

Enfin Madagascar souffre de préjugés et de déficit d’images très souvent injustifiés.
Quelques événements fâcheux ont par le passé jeté le discrédit alors que l’insécurité n’est pas pire qu’ailleurs. Au contraire, un organisme spécialisé classe Madagascar parmi les 3 pays les plus sûrs en Afrique.
La crainte des maladies est une problématique des destinations exotiques : Chacun doit se prémunir en fonction des risques susceptibles de contracter tourista ou  le palu…

La société Mianjaika Communication par le biais de son site web mada-books.com vous invite à vous documenter sur les merveilles de l « Ile aux Trésors » exposées dans une vingtaine de livres téléchargeables gratuitement.
Laissez vous tenter selon vos aspirations… chacun pourra trouver son bonheur dans l’aventure, la découverte, le balnéaire, l’activité sportives etc…

Sachez que 95% des touristes repartent avec des souvenirs inoubliables et avec la ferme intention d’y revenir pour d’autres découvertes.

N’hesitez plus… réalisez votre rêve.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ceci pourrait vous intéresser

Dans les environs de Tanà

Choix d'un professionnel Ivato Aéroport International À environ 15 km de Tanà. A L'OUEST (SUR LA RN1) ANTONGONA Une des collines sacrées. Il y a 2 cases royales et un tombeau. L’une des cases est devenue un musée. AMPEFY Ampefy (à140km de Tanà) et le Lac Itasy. Cette...

lire plus

Visite en ville

Choix d'un professionnel La ville n’a rien d’exotique, mais a son charme particulier avec ses maisons en mur de briquettes de couleur rouge ocre, ses toits en tuiles, ses collines sacrées, ses ruelles pavées. C’est l’unique ville du pays où sont concentrésles édifices...

lire plus