test

 

B-ORIENTATIONS STRATEGIQUES

Le Gouvernement de Madagascar et les acteurs du tourisme s’engagent sur les cinq priorités suivantes :
1) Amélioration de l’accessibilité de la Destination Madagascar et de ses zones touristiques prioritaires;
2) Plus grande visibilité de la destination au niveau national et international ;
3) Gestion durable effective de la destination ;
4) Facilitation des investissements hôteliers et touristiques ;
5) Compétitivité

I. Amélioration de l’accessibilité de la
Destination Madagascar et de ses
zones touristiques prioritaires

Etant une île, Madagascar est totalement dépendante de la connectivité de ses liaisons aériennes et maritimes pour son développement touristique.Des efforts restent à accomplir en matière de connexions aériennes et d’infrastructures aéroportuaires, portuaires et routières pour un développement soutenu du tourisme. Néanmoins, le pays a enregistré 45.000 croisiéristes en 2016, soit 15% des arrivées, et ce nombre pourrait encore croître rapidement dans les prochaines années.

a) Par air

Objectif spécifique:
Diversification de l’offre disponible en production, coût et saisonnalité pour le tourisme national et international.

Moyens:
• Vols directs sur les aéroports des 4 zones touristiques prioritaires ;
• Libéralisation continue du trafic aérien international pour une meilleure connectivité et diversification des routes aériennes ;
• Meilleure compétitivité du trafic domestique ;
• Meilleure cohérence entre le développement des infrastructures aéroportuaires, les services aériens et la connectivité.

b)Par voie maritime et fluviale

Objectif spécifique:
Augmentation des croisières à Madagascar, en plein essor dans l’Océan Indien et dans le monde.

Moyens:
• Amélioration de la sécurité et de l’accueil des croisiéristes dans les ports de Majunga, de Nosy Be, de Diégo-Suarez, de Tamatave et de Tuléar ;
• Investissements pour l’aménagement de quais ou de jetées (Nosy Be, Majunga, Tuléar), et de terminaux sur les 5 ports précités ;
• Politique de développement du tourisme de croisière conformément aux accords passés dans le cadre de l’Organisation des Îles Vanille ;
• Aménagement du Canal des Pangalanes.

c)Par terre

Objectif spécifique:
Facilitation des déplacements par route des touristes sur les zones touristiques prioritaires.

Moyens:
• Réhabilitation des axes touristiques prioritaires: RN7 (entre Ambositra et Fianarantsoa), RN6(entre Ambilobe et Diégo-Suarez), et RN2 (entre Moramanga et Tamatave) et des voies d’accès aux sites touristiques dans les zones prioritaires.RN7 (entre Ambositra et Fianarantsoa), RN6(entre Ambilobe et Diégo-Suarez), et RN2 (entre
Moramanga et Tamatave) et des voies d’accès aux sites touristiques dans les zones prioritaires.

II. Plus grande visibilité de la Destination au niveau
national et international

Madagascar a défini une stratégie marketing et un branding fort : «Madagascar, Treasure Island», en vue de consolider les acquis sur les marchés émetteurs traditionnels et de diversifier les marchés conformes à une nouvelle production touristique. Madagascar doit redoubler d’efforts pour une meilleure image et notoriété de sa destination, une meilleure information du marché nécessitant des ressources pérennes et la mobilisation des représentations extérieures du pays.

Objectif spécifique:
Etendre la visibilité de la Destination et de ses attractions phares pour le tourisme national et international, en vue d’un étalement de la saisonnalité, d’une diversification des marchés et du développement de marchés de niches (tourisme à intérêt spécifique).

Moyens:
• Mise en oeuvre d’une stratégie marketing sur 5 ans correspondant aux objectifs définis ;
• Coordination des acteurs de promotion sur les marchés cibles, notamment avec les représentations diplomatiques et consulaires ;
• Appui aux activités « Business to Business » des opérateurs touristiques pour un élargissement des contacts sur les marchés émetteurs cibles ;
• Définition et promotion d’un calendrier annuel de festivals et d’activités culturelles ;
• Mise en place d’une stratégie de communication de crise pour protéger la réputation et la crédibilité de la destination en fournissant de façon proactive des informations exactes et opportunes aux pays cibles.

III. Gestion durable effective de
la Destination

2017 est proclamée « Année Internationale du Tourisme Durable pour le Développement » par l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT).Madagascar entend s’engager dans une gestion durable de son tourisme respectant les principes de bonne gouvernance de la Destination, de ses ressources, humaines, naturelles et culturelles.

Objectif spécifique:
Mobiliser les acteurs, publics et privés, pour la définition de règles de gestion durable de la destination.

Moyens:
• Renforcement des capacités du Ministère de tutelle et organismes liés pour une régulation optimale du secteur, au niveau central et dans les zones de développement prioritaires ;
• Revue et réforme du cadre institutionnel et réglementaire du secteur ;
• Mise en place d’un Système d’Information Touristique en vue d’un monitoring effectif de la gestion de la destination et de l’évolution du marché ;
• Promotion des règles de gestion durable de la Destination Madagascar auprès des acteurs du tourisme et de la population ;
• Amélioration et diversification des services touristiques dans les Parcs Nationaux et Aires Protégées ;
• Renforcement des chaînes de valeur du tourisme à fort potentiel d’emploi et de revenus(transports peu polluants, agriculture bio, artisanat éthique et responsable) ;
• Appui aux programmes de certifications internationales pour le tourisme durable et/ou responsable.

IV. Facilitation des investissements
hôteliers et touristiques

Les zones de développement prioritaires doivent disposer de capacités d’hébergement de qualité sur les zones touristiques prioritaires pour répondre à une demande croissante et créer des emplois également de qualité. Pour atteindre l’objectif-clé de 500.000 visiteurs étrangers en 2019, 10.000 chambres additionnelles aux normes internationales sont nécessaires (générant 17.000 emplois directs dans l’hôtellerie). L’implantation de quelques grandes marques de l’hôtellerie internationale permettrait de professionnaliser la Destination et de faciliter son marketing sur le marché international.

Objectif spécifique:
Faciliter l’implantation des investissements hôteliers, notamment pour quelques marques phares, et la mise en place des activités liées pour le développement de «clusters touristiques» sur les zones prioritaires.

Moyens:
• Développement effectif des RFT (Réserves Foncières Touristiques) et des Plans d’Aménagement et de Gestion correspondants ;
• Définition et mise en place d’un cadre fiscal incitatif, clair et stable pour les activités hôtelières et touristiques ;
• Facilitation des concessions hôtelières dans les Aires Protégées ;
• Appui au développement et à la sécurisation des sites et des activités touristiques dans les zones prioritaires (clusters tourisme) pour une augmentation de la durée de séjour et des dépenses touristiques.
• Signature d’accords bilatéraux dans le domaine du tourisme pour la promotion des Investissements Directs Etrangers (IDE) et la destination Madagascar.

V. Compétitivité accrue des services
hôteliers et des prestations touristiques

La Destination Madagascar doit faire face à une concurrence importante sur le marché international et dès lors proposer une offre touristique compétitive, répondant à l’évolution du tourisme international.

Objectif spécifique:
Mettre les hébergements et les services touristiques au niveau des normes nationales et/ou internationales.

Moyens:
• Appui au secteur privé pour se conformer aux règles de gestion durable de leurs activités et aux normes nationales et/ou internationales ;
• Renforcer la chaîne de valeur du tourisme selon les marchés clés identifiés dans la stratégie marketing dans les zones de développement prioritaires, notamment en aval de la chaîne pour une intégration effective des producteurs et revendeurs de produits agricoles et artisanaux dans la chaîne;
• Amélioration des infrastructures de base pour les activités hôtelières et touristiques dans les zones touristiques prioritaires en matière de communication, de formation professionnelle, d’accès aux réseaux d’eau et d’électricité, de gestion de déchets, etc;
• Mise en place d’un cadre sectoriel de certification en cohérence avec le cadre national permettant de définir les qualifications des métiers du secteur ;
• Mise en oeuvre de la Stratégie sectorielle de développement des compétences dans les régions à fortes potentialités touristiques.

C-CONCLUSION

Cette Lettre de Politique Nationale du Tourisme a été définie en concertation avec les acteurs publics et privés concernés. Elle met l’accent sur l’importance et l’urgence du développement du secteur du tourisme, et la nécessité de réformes portant sur le cadre institutionnel et règlementaire du secteur. Ces réformes, ainsi que les actions orientées dans la présente Lettre, sont placées sous la responsabilité du Ministère en charge du Tourisme avec la
pleine collaboration des différentes entités sous sa tutelle. Toutes les parties publiques et privées concernées par le secteur du tourisme, particulièrement sur le plan économique et opérationnel, sont invitées et encouragées à contribuer et à collaborer à la réussite des objectifs de la présente Lettre.

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.